La chanson du rayon de lune

Guy de Maupassant

Sais-tu qui je suis ? Le Rayon de Lune.

IMG_20211021_153036

Sais-tu d’où je viens ? Regarde là-haut.

IMG_20210930_164222

Ma mère est brillante, et la nuit est brune.

IMG_20211019_172130

Je rampe sous l’arbre et glisse sur l’eau ;

IMG_20211019_185841

Je m’étends sur l’herbe et cours sur la dune ;

IMG_20211021_210217

Je grimpe au mur noir, au tronc du bouleau,

IMG_20211019_185734
Comme un maraudeur qui cherche fortune.
Je n’ai jamais froid ; je n’ai jamais chaud.

IMG_20211020_114709

Je suis si petit que je passe

IMG_20211020_114618

Où nul autre ne passerait.

IMG_20211019_185947

Aux vitres je colle ma face
Et j’ai surpris plus d’un secret.

IMG_20211006_114806

Je me couche de place en place
Et les bêtes de la forêt,

IMG_20211019_192936

IMG_20211019_193002

Les amoureux au pied distrait,
Pour mieux s’aimer suivent ma trace.

IMG_20211021_210226

Puis, quand je me perds dans l’espace,

IMG_1073

IMG_1079

Je laisse au coeur un long regret.

IMG_20211019_185820

Rossignol et fauvette
Pour moi chantent au faîte
Des ormes ou des pins.
J’aime à mettre ma tête
Au terrier des lapins,
Lors, quittant sa retraite
Avec des bonds soudains,
Chacun part et se jette
A travers les chemins.

IMG_20211019_185928

Au fond des creux ravins
Je réveille les daims
Et la biche inquiète.

IMG_20211020_114557

Elle évente, muette,

IMG_20211021_210159

Le chasseur qui la guette
La mort entre les mains,
Ou les appels lointains

IMG_20211021_210208

Du grand cerf qui s’apprête
Aux amours clandestins.

IMG_20211021_210213

Ma mère soulève
Les flots écumeux,
Alors je me lève,
Et sur chaque grève
J’agite mes feux.

IMG_20211019_185807
Puis j’endors la sève
Par le bois ombreux ;
Et ma clarté brève,
Dans les chemins creux,
Parfois semble un glaive
Au passant peureux.
Je donne le rêve

IMG_20211021_162325

Aux esprits joyeux,
Un instant de trêve
Aux coeurs malheureux.

IMG_20211021_162108

Sais-tu qui je suis ? Le Rayon de Lune.
Et sais-tu pourquoi je viens de là-haut ?

IMG_20211021_205451

Sous les arbres noirs la nuit était brune ;
Tu pouvais te perdre et glisser dans l’eau,
Errer par les bois, vaguer sur la dune,
Te heurter, dans l’ombre, au tronc du bouleau.
Je veux te montrer la route opportune ;
Et voilà pourquoi je viens de là-haut.

Guy de Maupassant, Des vers

Illustrations inspirées de l'image issue de Pixabay.com: tree on the Moon

Poésie illustrée par mes Amis et Artistes préférés qui suivent mes animations dans les ateliers Tétines et biberons et maison de quartier de la tourtelle à Aubagne et l 'ECLA à Auriol.

Un immense MERCI à vous tous pour votre enthousiasme interstellaire